beau-livre

C'était le Ray

Textes de Thierry Camous

De 1927 à 2013, le Ray a incarné à Nice le cœur vibrant de la cité, où s’exprimait la passion du peuple nissart pour le foot et pour son club, l’OGCN. Dans ce stade mythique – objet architectural né au milieu des cressonnières de Saint-Maurice –, la bourgeoisie et les élites municipales communiaient, l’espace d’un match, avec les ouvriers de Saint-Roch, sans considération d’origine ou de classe sociale. Le supporter du Vieux-Nice fraternisait avec celui de Cimiez ou avec le Pied-noir déraciné. Tous vécurent là une épopée faite d’espérances, de joies et de désillusions.
Les « montées » au Ray offraient de beaux moments d’amitié partagée, où le sacro-saint pique-nique tenait du rituel. Sur le terrain, les exhibitions du Gym déroulèrent la légende d’époustouflantes figures de footballeurs. Et fans d’hier et d’aujourd’hui évoquent encore avec émotion telle action de jeu ou telle anecdote insolite : oui, il se passait toujours quelque chose au Ray !
De nombreux témoignages, spécialement recueillis par l’auteur pour cet ouvrage, accompagnent une iconographie exceptionnelle, puisée dans les archives de la ville, du club, de la presse mais également auprès des collectionneurs, fervents du Gym, qui ont accepté, chacun, de livrer leurs trésors à une condition unique : faire revivre lou Raï.

Relié
Parution : Novembre 2016
Format : 22 x 27
Nombre de pages : 168 pages
Code ISBN : 978-2-35956-082-4­­
Code EAN : 9782359560824­­
Prix public TTC : € 24.90 EUR
RUPTURE DE STOCK

Vous aimerez aussi

beau-livre

Depuis sa création en 1904, le Gym s’est forgé une belle histoire, connaissant, particulièrement dans les années 50, de mémorables heures de gloire sur la pelouse du Ray. Au printemps 1969, alors...

beau-livre

C’est d’abord une explosion de couleurs et de rythmes, de joie et de jeunesse. Sous la dynastie des Médecin, qui monopoliseront la vie politique durant plusieurs décennies, Nice doit rester la...

chronique littéraire

On était partis tranquilles pour se faire une mérenda suivie d’une bonne partie de boules. L’autre ploumpé de Roger avait préparé les pans-bagnats et on a pu apprécier sa piquette. À ce moment-là...